Tu viens d’accoucher, tout est merveilleux (ou pas, et c’est ok!) et tout à coup, au 3ème jour, tu pleures sans cesse, tu te sens déprimée, triste, tu as des sautes d’humeur, tu te sens anxieuse, vulnérable, irritable et pour couronner le tout, tu culpabilises de ressentir tout ça.

Rassure toi, ce “syndrome” est courant, on l’appelle le (fameux) baby blues.

Selon les spécialistes, cet état de tristesse et de mélancolie s’explique par les changements physiologiques qui s’opèrent avec l’accouchement : chute hormonale importante, augmentation du stress et manque de sommeil.

Ce troisième jour va aussi souvent de pair avec la montée de lait. Si tu souhaites allaiter et que cela ne se passe pas comme prévu/imaginé, cela peut aussi te déstabiliser, te culpabiliser.

Si tu ne souhaites pas allaiter, ton corps va quand même avoir cette montée de lait et cela peut être douloureux et pas évident à gérer.

Dans tous les cas, n’hésite jamais à faire appel au-à la sage-femme pour t’aider dans ces moments !

Dans tous les cas, tes seins vont changer d’apparence, grossir, durcir et cela peut être très impressionnant !

Perso, je me suis retrouvée à aller aux toilettes au milieu de la nuit et à halluciner devant la taille de ma poitrine ! Je ne savais pas qu’elle pouvait grossir à ce point !

Du côté de ton bébé, il se passe aussi beaucoup de choses !

“Le bébé émerge de sa récupération, et débute ses tétées groupées. Biologiquement, les éveils sont plus fréquents en soirée et en début de nuit chez le bébé humain, et lorsque les éveils sont groupés et rapprochés sur une courte période de quelques heures, on a aussi droit à des tétées semblables.” 

“Il peut être irritable et difficile, voire impossible, à rendormir. Il a besoin de contact et de chaleur et pleure lorsqu’on le dépose. La fatigue accumulée des derniers jours se fait sentir chez le père comme chez la mère, et la chute des hormones de grossesse affecte le moral de la nouvelle maman.”

Mais alors que faire ?

“On prend une grande respiration. Vous êtes en pleine période d’adaptation, tout le monde est épuisé et il faut s’apprivoiser, et apprivoiser cette nouvelle vie. N’hésitez pas à garder l’enfant près de vous de jour comme de nuit pour pouvoir répondre plus rapidement aux besoins et éviter les escalades de pleurs.”

Demande de l’aide, du soutien (on sait, ce n’est pas toujours facile, mais c’est vital en post-partum), que ce soit aux professionnel-les qui t’entourent, à tes ami-es, ta famille (le-la partenaire n’est volontairement pas cité car il n’est pas là pour aider, il est là pour jouer son rôle de co-parent, point final)

N’hésite pas à faire du peau à peau aussi souvent que nécessaire, cela fera du bien à ton bébé et à toi aussi !

Si tu as le sentiment que cette irritabilité, cette tristesse, cet état de dépression persiste au-delà de 2-3 semaines, n’hésite pas à consulter un-e professionnel-le.

 

Les citations sont tirées du site https://www.mereetmonde.com/blogue/syndrome-du-3eme-jour/

Julie

Partage ton expérience avec nous !

10 + 11 =