Qui n’a jamais perdu patience avec ses enfants après une mauvaise nuit de sommeil, une journée de travail compliquée et/ou une succession de “bêtises” de leur création? ????????

On est déjà tou-te-s passées par là, j’en suis sûre. Voici donc quelques pistes d’action pour mieux vivre ses moments où nous sortons de nos gonds.

Courage, on est tou-te-s dans le même bateau! ⛵️

 

Quand on devient parent, on vit parfois des journées plus difficiles que d’autres et notre patience est mise à rude épreuve.

Du coup, on s’est posé la question suivante: Comment réagir lorsque l’on perd patience avec nos enfants?

Et voici quelques-unes de nos pistes…

Premièrement, prends conscience de ton émotion du moment (tristesse, colère, fatigue, stress, etc.) et identifie que ta jauge de patience est faible à ce moment-là.

Verbalise ton émotion auprès de ton enfant et explique-lui que tu as passé une journée difficile et que tu n’as pas beaucoup de patience. Même tout petits (quelques mois), les enfants sont capables de comprendre.

Selon l’âge de ton enfant, explique-lui que tu as besoin de son aide et de son soutien et réfléchissez ensemble à comment il peut t’aider. Tu peux par exemple lui dire que tu as besoin que ce soir, il choisisse une « petite » histoire, qu’il range sa chambre seul, mettre la table, etc.

Lâche prise et choisis tes combats. Réduis tes attentes au minimum et n’insiste pas pour qu’il finisse ses brocolis, on commande des pizzas et on laisse le bain pour demain. Rien d’urgent! Et si ton dernier veut dormir avec 12 peluches, dis « Ce soir: OK! ».

Sois indulgent-e avec toi-même. Tu es un être humain et pas un robot donc il y a forcément des jours avec et des jours sans. Cela ne fait pas de toi un moins bon parent, ça fait juste partie de la vie…

Et quand bien même, tu perds patience, tu cries un peu trop fort et t’énèrves pour un « rien », ça fait aussi partie de la vie. Si cela sort, c’est OK. Prends le temps de souffler, mets-toi à l’écart 5 min. Ça arrive à tous les parents!

Prends le temps de t’excuser auprès de ton enfant après coup. Une fois calmé-e, reviens vers ton enfant et explique-lui ce qu’il vient de se passer et pourquoi tu as réagis comme ça.

De plus, tu enseignes à ton enfant que les hauts et les bas font partie de la vie, tu normalises l’expression de ses propres émotions. Et ainsi, c’est lui permettre de vivre ses propres émotions sans penser qu’il y a un problème ou que c’est anormal.

Et ça c’est un beau cadeau, non?

Yasmine

Partage ton expérience avec nous !

11 + 8 =