Bien choisir son siège auto

Bien choisir son siège auto

Lorsque l’on est enceinte et lorsque notre enfant grandit, on a forcément envie du meilleur pour lui-elle.

Un de ces éléments va être le fameux siège auto.

Comment le choisir ? Quand le changer ? Où se renseigner ?

Bien sûr il existe les magasins de puériculture. Perso, j’y suis allée, j’ai posé des questions, mais pour moi (et ce n’est que mon avis), le personnel n’est pas formé spécifiquement aux sièges autos. Je trouvais donc difficile d’avoir un “vrai” avis.

Je suis allée voir les tests du TCS, chercher des infos sur le net. D’ailleurs je trouve que le TCS est une très bonne référence. J’ai aussi souvent cherché les vidéos des crash-tests pour me faire une idée. Mais c’était toujours compliqué !

J’ai donc regardé dans mon entourage et mes neveux ont toujours eu des sièges Cybex. Leur papa s’étant toujours bien renseigné sur les sièges, la sécurité, etc. j’ai décidé d’acheté les sièges de la même marque.

Malgré les sites, les conseils, je trouve toujours difficile de se faire un avis, d’avoir les bonnes infos.

Lors du salon Baby Kids Planet, j’ai eu la chance de rencontrer Cindy, qui fait partie de Reboard-Kindersitze, qui est un réseau de conseillers-ères en sièges pour enfants Reboard.

J’aurais aimé connaître ce service plus tôt car je serais très certainement allée tester des sièges!

L’avantage de ce réseau, c’est que tu peux tester les sièges et bien entendu recevoir des conseils de personnes expérimentées qui utilisent elles-mêmes ces sièges pour leurs enfants.

Sur leur site tu trouveras aussi plein d’infos notamment sur les raisons de mettre un enfant dos à la route le plus longtemps possible 😉

Va vite le découvrir ! https://reboard-kindersitze.ch/?lang=fr

 

Julie

Partage ton expérience avec nous !

12 + 7 =

Les soirées des Superpapas

Les soirées des Superpapas

 Marianne, sage-femme et acupunctrice, vous présente les “Soirées des Superpapas” : des soirées d’échange pour les hommes ou les co-parents, sur le thème de la paternité et de la parentalité.

Les rencontres des Superpapas sont des soirées qu’elle anime depuis deux ans. Elles ont lieu une fois tous les deux mois environ, et 5 à 6 jeunes ou futurs papas se rencontrent.

Ils échangent sur la parentalité, la paternité, l’évolution de leur(s) enfant(s) et de leur couple. Ils se soutiennent incroyablement même s’ils ne se connaissent pas ! Le groupe apporte une force à chacun et une atmosphère bienveillante et positive se dégage.

Les rencontres se font soit en soirée sous forme de souper canadien, soit le dimanche matin autour d’un café.

Pour plus d’informations :

https://www.marianne-denis.ch

Instagram @marianne_denis_pro

 

Julie

Partage ton expérience avec nous !

3 + 13 =

HypnoNaissance®

HypnoNaissance®

Nous te présentons Elodie, Maman et Educatrice en HypnoNaissance®, qui te propose diverses prestations en hypnose, dont l’HypnoNaissance. Découvre ce magnifique accompagnement ci-dessous !

Accompagnement pour une naissance douce et confortable

C’est à la fois une philosophie et une technique de préparation à la naissance favorisant une naissance douce, calme et physiologique qui remet les parents au centre de l’événement. Cette méthode se fonde sur la conviction que le corps de la femme est parfaitement conçu pour donner la vie naturellement et facilement dans le confort et la joie.

Ainsi, les futurs parents, préparés physiquement et mentalement à la naissance de leur bébé grâce à des techniques de relaxation, de visualisation, de respiration et d’auto-hypnose, accueillent leur bébé dans une atmosphère douce et paisible tout en étant au centre de leur projet de naissance.

Infos pratiques :

Cet accompagnement s’adresse aux femmes en bonne santé, avec un bébé en bonne santé et qui souhaitent une naissance douce, joyeuse et sécuritaire que vous souhaitiez accoucher en maison de naissance, à domicile ou à la maternité.

Les séances se font en couple car le compagnon de naissance joue un rôle essentiel dans la préparation et l’accueil du bébé.

Cette préparation est composée de 5 séances de 2h30 et peut commencer à partir du 6e mois de grossesse.

(Je ne suis pas présente au moment de la naissance)

Plus d’infos sur mon site https://www.elose-hypnose.ch/

Julie

Partage ton expérience avec nous !

11 + 8 =

Plateforme Niudad

Plateforme Niudad

Découvre ce qui se cacher derrière la plateforme Niudad et quelle est son origine !

“männer.ch regroupe les initiatives et associations régionales d’hommes, les personnes intéressées et les couples, ainsi que les experts sur les questions concernant les garçons, les hommes et les pères en Suisse. En tant qu’organisation faîtière, männer.ch s’engage depuis 2005 afin que les hommes ne passent pas à côté du processus de parité.”

“MenCare Suisse est un programme national pour la promotion de l’engagement des pères et de la participation des hommes au domaine des soins en général. Par son orientation participative, le programme vise un effet durable et une profonde mutation des valeurs.

L’objectif: MenCare Suisse a pour but d’amorcer une mutation des valeurs, visant un plus grand engagement des jeunes, des hommes et des pères dans le domaine du soin en général. MenCare apporte ainsi une contribution essentielle à la protection, la sécurité, la croissance et le développement des enfants et des jeunes.”

Cette année, männer.ch a lancé sa plateforme Niudad. Cette plateforme est adressée uniquement aux (futurs) pères. 

Elle est composée :

  • d’un test “Quel père veux-tu être”
  • d’articles
  • de liens sur les prestations existantes pour les pères

Une permanence téléphonique psychosociale est aussi à disposition des pères qui souhaitent parler paternité/masculinité à un autre homme.

Nous soutenons ce magnifique projet et t’invitons à en parler autour de toi !

Et si tu as des questions, Gilles Crettenand, responsable du programme MenCare Suisse romande, se tient à ta disposition : crettenand@maenner.ch / +41 78 874 46 08

Découvre le site de männer.ch

Et la plateforme niudad

Julie

Partage ton expérience avec nous !

10 + 10 =

Dépistage du diabète gestationnel

Dépistage du diabète gestationnel

“Le dépistage systématique du diabète pendant la grossesse fait partie des mesures de prévention recommandées pour le suivi de la grossesse.”

“Cette forme de diabète se déclare chez environs 10 à 15% des femmes enceintes ; c’est l’une des complication les plus fréquentes de la grossesse.” (https://www.chuv.ch/fileadmin/sites/dfme/documents/dfme-depistage-diabete-gestationnel.pdf)

Le test se fait entre la 24ème et la 28ème semaine.

Une première prise de sang a jeun sera faite pour doser le taux de sucre dans le sang. Selon le résultat, on te fera un test appelé “hyperglycémie provoquée par voie orale” (en gros un shot de sucre)

Certain-es gynécologues le font passer d’office, d’autres ne font qu’une prise de sang et si les résultats ne sont pas alarmants, ils n’imposent pas l’ingestion de la boisson sucrée.

Personnellement, je n’ai pas pu y échapper ! À part mon âge (31ans à l’époque hum), je n’avais pas d’autres facteurs de risques et je ne pense pas que mes résultats étaient mauvais…

Mais voilà, pas le choix, j’ai bu cette dose astronomique de sucre et ai dû ensuite rester au cabinet pour refaire la prise de sang, tant de temps après. J’ai eu tout à coup des monstres nausées et vertiges, ce n’était vraiment pas une partie de plaisir !

Tout ça pour dire que je pense qu’il est important de questionner ton-ta gynéco au moment où il-elle te parle de ce test. Est-ce vraiment nécessaire de provoquer cette hyperglycémie ? Ai-je des facteurs de risques ? Est-ce possible de ne pas la faire d’office ? etc.

N’oublie pas que c’est ton corps, tes choix (dans la mesure du médicalement acceptable pour ta santé bien entendu !) et que tu as le DROIT de demander des informations, des précisions sur un acte médical que l’on veut te prodiguer (ou t’imposer).

Julie

Partage ton expérience avec nous !

9 + 13 =

L’aide ménagère

L’aide ménagère

J’ai toujours détesté faire le ménage (celles et ceux qui aiment, levez la main !), bien que je sois plutôt maniaque.

J’ai souvent pensé à prendre une aide ménagère, mais plusieurs choses me freinaient : mon mari ^^, l’aspect financier, le fait qu’un-e inconnu-e vienne chez moi en mon absence et surtout qu’une tierce personne nettoie ma saleté, cela me gênait.

Au fil des années, à force de m’énerver avec ce ménage, de nous prendre le chou pour répartir les tâches ménagères, j’ai décidé de tester ce service. J’ai osé tenter l’expérience car l’aide ménagère était aussi celle d’une amie et j’avais donc confiance.

J’ai fait plusieurs essais de différentes personnes (éternelle insatisfaite que je suis) et des pauses plus ou moins longues (insatisfaite, question financière, etc.).

Avec l’arrivée de mon fils, la dépression post-partum qui s’est installée sans que je m’en rende compte, la fatigue, etc. J’ai commencé à me demander s’il ne fallait pas à nouveau que je fasse appel à quelqu’un.

Forcément que ces phrases méga culpabilisantes ont envahi mon esprit : “Tu n’es même pas capable de faire ton ménage et t’occuper de ton enfant”, “Tu ne travailles pas, tu peux quand même le faire”, “Tu n’as pas honte de demander à une tierce personne de nettoyer ta M?” et j’en passe.

Je pense que la pensée la plus culpabilisante était : “Tu ne bosses pas, tu pourrais quand même le faire, comment font les parents qui bossent ?!”.

Mais étant donné que cela devenait “vital”, j’ai pris la décision d’engager à nouveau une aide ménagère (recommandée par une amie), dont je suis actuellement encore très satisfaite !

Avec le temps, le travail sur moi, le lâcher prise, je me rends compte que je suis moins exigeante (je pense qu’à une époque personne n’aurait pu faire le ménage comme je voulais) et cela me soulage tellement !

Et même si quand je dis que j’ai quelqu’un pour faire mon ménage, alors que je suis à la maison (avec mon fils ou au boulot chez moi), j’ai “peur” de la réaction, une grande partie de moi s’en fiche quand même car ça me change la vie ! (un peu contradictoire la nana )

L’autre aspect que je trouve aussi “dur” à gérer quand on en parle avec d’autres gens c’est cette image du : “Tu as une aide ménagère, tu as du fric”. Alors certes, cela a un coût, mais comme toute dépense, elle fait partie d’un choix, de sacrifices à d’autres endroits. Mais comme dit précédemment, pour moi c’est un réel poids en moins et rien ne peut concurrencer cela.

Si je fais ce post c’est pour te dire que :

OUI tu as le droit de demander de l’aide

OUI on peut être parent au foyer et ne pas faire le ménage

OUI tu as le droit de changer si la personne ne te convient pas

OUI c’est un coût mais fait le calcul “bénéfice-perte” de cette charge en moins

et

FAIS CE QUE TU VEUX !

Julie

Partage ton expérience avec nous !

8 + 6 =