Les soirées des Superpapas

Les soirées des Superpapas

 Marianne, sage-femme et acupunctrice, vous présente les “Soirées des Superpapas” : des soirées d’échange pour les hommes ou les co-parents, sur le thème de la paternité et de la parentalité.

Les rencontres des Superpapas sont des soirées qu’elle anime depuis deux ans. Elles ont lieu une fois tous les deux mois environ, et 5 à 6 jeunes ou futurs papas se rencontrent.

Ils échangent sur la parentalité, la paternité, l’évolution de leur(s) enfant(s) et de leur couple. Ils se soutiennent incroyablement même s’ils ne se connaissent pas ! Le groupe apporte une force à chacun et une atmosphère bienveillante et positive se dégage.

Les rencontres se font soit en soirée sous forme de souper canadien, soit le dimanche matin autour d’un café.

Pour plus d’informations :

https://www.marianne-denis.ch

Instagram @marianne_denis_pro

 

Julie

Partage ton expérience avec nous !

6 + 14 =

Plateforme Niudad

Plateforme Niudad

Découvre ce qui se cacher derrière la plateforme Niudad et quelle est son origine !

“männer.ch regroupe les initiatives et associations régionales d’hommes, les personnes intéressées et les couples, ainsi que les experts sur les questions concernant les garçons, les hommes et les pères en Suisse. En tant qu’organisation faîtière, männer.ch s’engage depuis 2005 afin que les hommes ne passent pas à côté du processus de parité.”

“MenCare Suisse est un programme national pour la promotion de l’engagement des pères et de la participation des hommes au domaine des soins en général. Par son orientation participative, le programme vise un effet durable et une profonde mutation des valeurs.

L’objectif: MenCare Suisse a pour but d’amorcer une mutation des valeurs, visant un plus grand engagement des jeunes, des hommes et des pères dans le domaine du soin en général. MenCare apporte ainsi une contribution essentielle à la protection, la sécurité, la croissance et le développement des enfants et des jeunes.”

Cette année, männer.ch a lancé sa plateforme Niudad. Cette plateforme est adressée uniquement aux (futurs) pères. 

Elle est composée :

  • d’un test “Quel père veux-tu être”
  • d’articles
  • de liens sur les prestations existantes pour les pères

Une permanence téléphonique psychosociale est aussi à disposition des pères qui souhaitent parler paternité/masculinité à un autre homme.

Nous soutenons ce magnifique projet et t’invitons à en parler autour de toi !

Et si tu as des questions, Gilles Crettenand, responsable du programme MenCare Suisse romande, se tient à ta disposition : crettenand@maenner.ch / +41 78 874 46 08

Découvre le site de männer.ch

Et la plateforme niudad

Julie

Partage ton expérience avec nous !

4 + 2 =

L’aide ménagère

L’aide ménagère

J’ai toujours détesté faire le ménage (celles et ceux qui aiment, levez la main !), bien que je sois plutôt maniaque.

J’ai souvent pensé à prendre une aide ménagère, mais plusieurs choses me freinaient : mon mari ^^, l’aspect financier, le fait qu’un-e inconnu-e vienne chez moi en mon absence et surtout qu’une tierce personne nettoie ma saleté, cela me gênait.

Au fil des années, à force de m’énerver avec ce ménage, de nous prendre le chou pour répartir les tâches ménagères, j’ai décidé de tester ce service. J’ai osé tenter l’expérience car l’aide ménagère était aussi celle d’une amie et j’avais donc confiance.

J’ai fait plusieurs essais de différentes personnes (éternelle insatisfaite que je suis) et des pauses plus ou moins longues (insatisfaite, question financière, etc.).

Avec l’arrivée de mon fils, la dépression post-partum qui s’est installée sans que je m’en rende compte, la fatigue, etc. J’ai commencé à me demander s’il ne fallait pas à nouveau que je fasse appel à quelqu’un.

Forcément que ces phrases méga culpabilisantes ont envahi mon esprit : “Tu n’es même pas capable de faire ton ménage et t’occuper de ton enfant”, “Tu ne travailles pas, tu peux quand même le faire”, “Tu n’as pas honte de demander à une tierce personne de nettoyer ta M?” et j’en passe.

Je pense que la pensée la plus culpabilisante était : “Tu ne bosses pas, tu pourrais quand même le faire, comment font les parents qui bossent ?!”.

Mais étant donné que cela devenait “vital”, j’ai pris la décision d’engager à nouveau une aide ménagère (recommandée par une amie), dont je suis actuellement encore très satisfaite !

Avec le temps, le travail sur moi, le lâcher prise, je me rends compte que je suis moins exigeante (je pense qu’à une époque personne n’aurait pu faire le ménage comme je voulais) et cela me soulage tellement !

Et même si quand je dis que j’ai quelqu’un pour faire mon ménage, alors que je suis à la maison (avec mon fils ou au boulot chez moi), j’ai “peur” de la réaction, une grande partie de moi s’en fiche quand même car ça me change la vie ! (un peu contradictoire la nana )

L’autre aspect que je trouve aussi “dur” à gérer quand on en parle avec d’autres gens c’est cette image du : “Tu as une aide ménagère, tu as du fric”. Alors certes, cela a un coût, mais comme toute dépense, elle fait partie d’un choix, de sacrifices à d’autres endroits. Mais comme dit précédemment, pour moi c’est un réel poids en moins et rien ne peut concurrencer cela.

Si je fais ce post c’est pour te dire que :

OUI tu as le droit de demander de l’aide

OUI on peut être parent au foyer et ne pas faire le ménage

OUI tu as le droit de changer si la personne ne te convient pas

OUI c’est un coût mais fait le calcul “bénéfice-perte” de cette charge en moins

et

FAIS CE QUE TU VEUX !

Julie

Partage ton expérience avec nous !

15 + 11 =

Il n’y a rien de FAUX dans une fausse couche

Il n’y a rien de FAUX dans une fausse couche

S’il y a bien un terme qui me hérisse le poil et me met hors de moi, c’est FAUSSE COUCHE. Depuis quand, une grossesse est-elle fausse ?

Quand on a un projet, depuis plus ou moins longtemps, qu’il se concrétise, en quoi cela peut-il être “faux” ?

Pour moi, dès le moment où un spermatozoïde entre en contact avec un ovule, une vie s’installe et une grossesse débute.

Nous sommes tellement conditionner à ne pas en parler les 3 premiers mois, à le cacher “au cas où”, mais au cas où quoi ? Oui la grossesse peut s’arrêter, chaque femme en est bien consciente et c’est déjà difficile de ne pas y penser, alors pourquoi minimiser en plus cette perte si elle survient ?

N’a-t-on pas plutôt besoin de soutien, d’écoute, de réconfort, d’empathie dans ces moments ?

Une grossesse qui s’arrête ce n’est pas “juste un amas de cellules”, c’est un projet, c’est un désir, ce sont peut-être des mois, des années d’attente et quelque soit le stade où on en est (2 jours, 2 semaines, 2 mois), la perte est difficile.

Pourquoi ? Car dès le moment où 2 petites barres apparaissent sur un test de grossesse, notre coeur, notre corps, notre tête s’emballent, se projettent, imaginent, se réjouissent, espèrent et ça, on ne peut pas le balayer d’un revers de main avec des remarques déplacées du style “tu es jeune, tu vas retomber enceinte, arrête de stresser” et j’en passe.

Si l’on parle de grossesse dès le début, le terme “arrêt de grossesse” ou “grossesse arrêtée” ne serait-il pas plus adapté ?

Faisons en sorte que ce genre de terme change, pour arrêter de minimiser le vécu des couples et légitimer leurs émotions, leurs ressentis et le temps qu’ils ont besoin pour surmonter cette perte.

Si tu vis cela, entoure-toi de gens qui te soutiennent, t’écoutent et qui ne minimisent pas ta peine.

N’oublie pas qu’il y a aussi beaucoup de professionnel-le-s qui sont là pour t’aider à traverser cela.

Julie

Partage ton expérience avec nous !

15 + 2 =

Comment savoir quand aura lieu ton ovulation ?

Comment savoir quand aura lieu ton ovulation ?

Concevoir un enfant est surtout une question de bon moment, étant donné qu’il y a qu’un seul moment dans le mois où tu ovules. Pour maximiser tes chances de tomber enceinte, connaître le moment de ton ovulation, de ta période de fertilité, est donc déterminant pour la conception.

Il existe des calculateurs d’ovulation. Tu dois juste indiquer la date du premier jour de tes dernières règles et la durée de ton cycle. Mais attention, il t’indiquera une date selon un schéma général. Cette méthode ne peut donc pas être considérée comme 100% fiable comme moyen de contraception.

« Qu’est-ce que l’ovulation? Quand se produit-elle?

L’ovulation est le moment où l’ovule à maturité se détache de l’ovaire et est recueilli par la trompe de Fallope. À ce moment, la femme est fertile et peut devenir enceinte.

L’ovulation se produit en général au milieu du cycle, c’est-à-dire 14 jours avant le début des règles suivantes. Le moment de l’ovulation peut varier sous l’effet de variations hormonales, du stress ou de changements climatiques. »

« Quand se situe la période fertile?

La période fertile chez la femme se situe au moment de l’ovulation et dure environ 6 jours. Elle commence 3 à 5 jours avant l’ovulation et se termine 12 à 24 heures après. Les chances de devenir enceinte sont maximales le jour même de l’ovulation. »

« Comment calculer ton ovulation en cas de cycles irréguliers?

La durée du cycle varie d’une femme à l’autre. Quand elle est très variable, le calculateur d’ovulation ne peut pas donner d’indication exacte mais il peut néanmoins aider à mieux cerner la période fertile. »

« Comment calculer ton ovulation en l’absence de règles?

Une maladie, le stress, l’arrêt de la pilule mais aussi l’allaitement après la grossesse peuvent entraîner la disparition des règles. Cela ne signifie pas forcément qu’il n’y a pas d’ovulation pendant le cycle en cours ni qu’il n’y en aura pas pendant le cycle suivant. » Même sans règles, tu peux ovuler et tomber enceinte. Tu n’es donc pas à l’abri d’une grossesse si tu ne te protèges pas.

Si tu désires avoir un enfant mais ne peux pas déterminer toi-même la durée de tes cycles ou si tu n’as pas de règles, nous te conseillons de consulter ton-ta gynécologue. Une échographie et des analyses de sang permettent de reconnaître précisément le moment de l’ovulation. Tu sauras donc quel est le moment pour essayer de concevoir un bébé!

Voilà, tu sais tout sur l’ovulation et il ne te reste donc plus qu’à te mettre aux travaux pratiques avec ton-ta partenaire! Bonne chance ????

 

https://www.hirslanden.ch/fr/corporate/themes-en-ligne-de-mire/hirslanden-baby/desir-d-enfant.html

Yasmine

Partage ton expérience avec nous !

14 + 3 =

Le SOPK

Le SOPK

On n’est pas toutes égales dans notre fertilité. Pour certaines, c’est si facile qu’elles en sont parfois surprises ou qu’elles tombent enceinte à chaque fois qu’elles essaient. ????????

Pour d’autre, malheureusement, c’est plus complexe voire le parcours du combattant. ????????‍♀️

Si tu es en désir d’enfant depuis plusieurs mois, voire années, as-tu déjà entendu parler du syndrome des ovaires polykystiques? Ou plus communément appelé SOPK? ????

Le SOPK débute à l’adolescence. On estime qu’une femme sur dix en souffre. Les principaux symptômes sont les suivants:

  • des règles irrégulières (anormalement espacées ou trop fréquentes), voire absentes
  • une pilosité importante du visage ou d’autres parties du corps, on parle alors d’hirsutisme
  • de l’acné
  • une tendance à la prise de poids ou une difficulté à perdre du poids
  • des taches foncées sur la peau, le plus souvent sur la nuque, sous les bras et dans la région de l’aine (à l’intérieur des cuisses). Elles sont appelées «acanthosis nigricans».

L’intensité de ces symptômes est variable et les patientes ne les présentent pas toujours tous. En outre, si tu les présentes, cela ne signifie pas que tu as un SOPK. Seul un bilan gynécologique est en mesure de confirmer le diagnostic.

Le SOPK a pour origine un déséquilibre hormonal. Ainsi, les ovaires ne reçoivent pas les bons messages et le cycle menstruel est perturbé.

Une élévation du taux sanguin de testostérone (hormone sécrétée par les ovaires habituellement en petite quantité) est constatée. Cette hausse est responsable de l‘excès de poils sur le visage et le reste du corps ainsi que de l’acné.

Le taux sanguin d’insuline (hormone sécrétée par le pancréas) a aussi tendance à augmenter en cas de SOPK. On parle alors d’insulino­ résistance, qui peut se manifester par des taches brunes sur la peau et également empêcher l’ovulation.

Que se passe-t-il au niveau du cycle?

Le SOPK peut avoir un impact négatif sur la qualité de vie et être source d’anxiété.

En l’absence de prise en charge, il existe un risque de développer à long terme les complications suivantes:

  • un allongement du délai de conception ou une infertilité
  • un pré­-diabète et un diabète
  • des maladies cardiovasculaires
  • un syndrome d’apnée du sommeil (interruptions répétées de la respiration)
  • un cancer de l’utérus.

 

Un traitement hormonal contraceptif

Sa forme la plus courante est la pilule contraceptive, mais d’autres traitements hormonaux comme

« l’anneau vaginal » ou « le patch » existent. Ces traitements peuvent t’être prescrits même si tu n’es pas sexuellement active. Ils sont à même de corriger le désé­quilibre hormonal en:

  • abaissant le taux de testostérone (qui permettra de réduire l’acné et la pousse des poils)
  • régularisant les saignements de privation, aussi appelés « fausses règles »
  • réduisant le risque de cancer de l’utérus.

 

Face à un diagnostic de SOPK, tu peux te sentir frustrée, anxieuse ou triste. Tu peux également ressentir un soulage­ment du fait qu’il y ait une raison et un traitement à tes éventuels problèmes (difficulté à garder un poids normal, excès de poils, acné ou règles irrégulières).

 

Est-il possible d’avoir des enfants en cas de SOPK?

Les femmes atteintes de SOPK ont un utérus normal et des ovaires sains. La majorité d’entre elles n’ont pas de difficultés à concevoir un enfant.

Si tu es préoccupée au sujet de ta fertilité dans le futur, parles en à ton-ta gynécologue. Il/elle t’informera sur toutes les options disponibles, y compris des médica­ments pour abaisser ton taux d’insuline ou pour t’aider à ovuler chaque mois.

Il est important de trouver un-e gynécologue avec lequel/laquelle tu es à l’aise. Parler avec lui/elle de tes soucis et émotions est essentiel!

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site des HUG, d’où sont tirées ces informations.

Et pense à questionner ton-ta gynécologue si tu as un doute quant à tes symptômes. Des études montrent qu’un diagnostic précoce avec la mise en place d’un traitement rapide peut améliorer la qualité de vie et diminuer l’anxiété. Donc, si t’as un doute, il n’y a pas de doute!

Courage à toutes celles qui sont touchées et nous espérons que ton désir d’enfant sera bientôt assouvi. ????❤️????????

Yasmine

Partage ton expérience avec nous !

12 + 4 =